Rechercher

Faire imprimer un livre

Alerte dans le stock, il ne reste que quelques dizaines d'exemplaires de l'un de nos titres !

C'est une bonne nouvelle, ça signifie que le livre s'est bien vendu, mais c'est aussi le moment de lancer une réimpression.

Récapitulons les étapes de l'impression d'un livre.

Il faut tout d'abord avoir un fichier accepté par les imprimeurs. La plupart d'entre eux ne travaillent qu'avec des fichiers Pdf réalisés selon certaines normes correspondant à leurs machines. Un simple fichier Word ne fera pas l'affaire... La mise en page est généralement faite par l'éditeur sur un logiciel du type InDesign, le visuel de couverture étant préparé sur un logiciel de traitement de l'image tel le célèbre Photoshop.

Mais dans le cas d'une réimpression, le fichier existe déjà, on va simplement reprendre celui fait quelques mois/années auparavant. Toutes les mentions légales restent identiques, la date de première publication, le dépôt légal, l'ISBN; on peut éventuellement préciser que c'est une réimpression, mais cela n'est pas obligatoire.

En fait de fichiers, il y en a deux: la couverture et l'intérieur sont traités séparément par l'imprimeur, étant imprimés sur des papiers différents et souvent sur des machines différentes si la couverture est en couleurs et l'intérieur en noir et blanc.

Le choix de l'imprimeur se fait entre autres en fonction de sa spécialité. Certains ont une réputation dans le domaine de l'album tout en couleurs, d'autres dans le beau livre photo, d'autres encore dans le roman en noir et blanc. Les bonnes adresses se passent entre collègues, mais on peut aussi faire ses recherches et faire établir des devis (à l'ancienne ou par un calculateur en ligne).

Les éléments à préciser dans le devis sont les suivants:

- impression offset ou numérique: de nos jours l'offset n'est plus réservé qu'aux gros tirages, en dessous de 2000 ce sera du numérique; la qualité est la même.

- nombre de pages intérieures ( la plupart des imprimeurs travaillent en "livrets" de 4 feuilles, il faudra donc que le nombre de pages soit divisible par quatre).

- le format du livre (il en existe d'innombrables en standard, et on peut aussi demander un format personnel, au millimètre près) ouvert et fermé, en précisant s'il s'agit d'un format à la française (portrait) ou à l'italienne (paysage).

- le nombre d'exemplaires (qui aura une influence sur le prix à l'exemplaire: puisque le calage des machines est le même selon qu'on imprime peu ou beaucoup, les tarifs sont très dégressifs)

- le choix du papier: pour l'intérieur on peut choisir du papier "offset" (type photocopieuse), du papier couché (lisse), semi bouffant ou bouffant (légèrement texturé). Cela aura une incidence sur le coût du livre, son épaisseur et son poids (des critères à prendre en compte si on expédie par la Poste). On a aussi le choix entre du papier blanc, ivoire ou autre, recyclé ou non, voire toutes sortes de papiers de luxe.

- il faudra aussi indiquer le nombre de couleurs pour les fichiers: on imprime souvent la couverture en quadrichromie sur une face seulement (les première et quatrième de couverture) tandis que l'intérieur de la couverture reste vierge; cela se traduit en termes techniques par 4/0.

L'intérieur d'un album illustré sera 4/4 (quadri des deux côtés de la page, ce qui nécessitera d'ailleurs un papier épais supportant bien l'encrage), tandis qu'un roman sera imprimé en 1/1.

- le grammage (épaisseur) du papier devra aussi être indiqué: pour un roman on utilise du papier 80 gr ou 90 gr, mais pour les albums on prendra du 135 gr voire davantage, surtout pour ceux destinés aux petits.

Pour la couverture, plus épaisse, on prendra de la carte 250, 280 voire 300 grammes.

- Les petits "plus" de la couverture: pour éviter une usure trop rapide, on choisira le pelliculage mat ou brillant. On pourra aussi donner une touche plus luxueuse à la couverture grâce au vernis sélectif (seulement sur certaines zones) voire à la dorure ou au gaufrage. On pourra aussi rajouter des rabats. Pour les albums, on aura le choix entre une couverture souple ou cartonnée.

- Le choix de la reliure est également important. La plupart des romans sont carrés/collés, tandis que certains albums ou livres plus luxueux sont cousus.

- Il reste encore à définir l'emballage: il vaut mieux faire emballer les livres sous cellophane ou plastique, par 5, 10, ou à la convenance de l'imprimeur. Et préciser que le tout doit être mis sous cartons. Cela semble tomber sous le sens, mais nous avons eu un jour une livraison d'album en vrac sur palette, faute d'avoir précisé que nous souhaitions un emballage carton!

Il ne restera plus qu'à attendre la livraison, en général sous quinzaine, et à manutentionner tout ça (la culture, ça pèse lourd!).


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’aventure du salon du livre - 1ère partie

Pour de nombreux petits éditeurs peu ou pas présents dans les rayons des librairies, les salons du livre sont une bonne occasion de se faire connaître et de vendre leurs livres. La participation à des

Le scandale du prix des timbres

Les plateformes hébergeant les sites de vente poussent les commerçants (dont les éditeurs font partie) à proposer la gratuité des frais d'expédition. Mais, comme chacun sait, rien n'est jamais gratuit

Vos livres sont-ils en librairie?

C'est une question fréquemment posée aux éditeurs lors des salons et festivals du livre. Eh bien c'est un sujet délicat... Les grandes maisons d'édition ont un diffuseur-distributeur avec une équipe d