top of page
Rechercher

L’aventure du salon du livre - 1ère partie

Pour de nombreux petits éditeurs peu ou pas présents dans les rayons des librairies, les salons du livre sont une bonne occasion de se faire connaître et de vendre leurs livres.


La participation à des salons nécessite toute une organisation. Il faut d’abord, des mois voire un an auparavant (pas de dernière minute possible dans ce cadre!), sélectionner ceux auxquels on aimerait participer. Grâce au bouche-à-oreille (merci les collègues!) et à des heures de recherche sur internet par date ou par région, on finit par rassembler une liste impressionnante de salons et festivals, du plus modeste (car la France a ceci de particulier que de nombreux villages veulent avoir leur salon du livre) au plus prestigieux.


Mais sélectionner ne veut pas dire être assuré de pouvoir participer. En effet, à de rares exceptions près, plus les salons sont prestigieux, plus la probabilité que le salon soit organisé non par la commune, par une association de bénévoles ou par la médiathèque locale mais par une agence professionnelle spécialisée dans l’évènementiel est grande. Et qui dit agence dit carnet d’adresses et exclusivité accordée aux grandes maisons d’édition et aux phénomènes littéraires du moment.


Les petits éditeurs se tourneront donc vers les salons de villes moyennes ou de communes plus petites. La taille de la commune n’est d‘ailleurs pas forcément un indicateur fiable pour estimer le succès potentiel.d’une manifestation. Il arrive que des salons formidables qui attirent les foules aient lieu dans des endroits reculés et improbables! Ou qu’une foule peu impressionnante achète avec enthousiasme (a contrario, il arrive que le salon ne soit que l’objet de la promenade dominicale et que la présence de badauds ne rime pas avec ventes du tonnerre).


On essaie donc de conserver d’une année sur l’autre les salons qui ont bien marché et on remplace ceux qu’on n’a pas envie de refaire, soit parce que le public n’était pas au rendez-vous, soit parce qu’on y a été reçus de façon cavalière et impersonnelle. Si la fréquentation est un critère essentiel, il arrive tout de même qu’on fasse un salon juste parce que les organisateurs sont spécialement chaleureux et sympathiques!


Le prix de l'emplacement est malheureusement aussi un critère important. Certains salons sûrs d’attirer les exposants pratiquent des tarifs très élevés; il n’est pas rare de devoir débourser 400 à 600 euros pour trois mètres linéaires, ce qui constitue parfois un pari risqué!

Va-t-on vendre suffisamment pour couvrir non seulement le prix du stand, mais aussi les frais d’essence, l’hôtel, le restaurant? Cette incertitude pousse naturellement à rechercher les bons salons aux tarifs modérés, une denrée rare et prise d’assaut. Certains petits éditeurs se spécialisent même dans le salon gratuit ou presque (de nombreuses communes décident d’offrir les emplacements pour avoir beaucoup d’exposants...)


La liste se précise alors, mois par mois. Certains éditeurs pour qui c’est vital essaient de se dédoubler pour assister à deux salons le même week-end, d’autres choisissent de n’en faire que deux ou trois par mois. Quoi qu’il en soit, recevoir des mails de confirmation et pouvoir remplir son agenda est toujours agréable (un plaisir qu’on n’a pas trop eu ces derniers 18 mois pour cause de Covid: les mails reçus étaient plutôt des mails d’annulation...)


Reste alors à organiser matériellement la participation aux salons, ce qui n’est pas une mince affaire. Je vous raconterai ça dans mon prochain article: « L’aventure du salon du livre - 2ème partie » !



7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Faire imprimer un livre

Alerte dans le stock, il ne reste que quelques dizaines d'exemplaires de l'un de nos titres ! C'est une bonne nouvelle, ça signifie que le livre s'est bien vendu, mais c'est aussi le moment de lancer

Le scandale du prix des timbres

Les plateformes hébergeant les sites de vente poussent les commerçants (dont les éditeurs font partie) à proposer la gratuité des frais d'expédition. Mais, comme chacun sait, rien n'est jamais gratuit

Vos livres sont-ils en librairie?

C'est une question fréquemment posée aux éditeurs lors des salons et festivals du livre. Eh bien c'est un sujet délicat... Les grandes maisons d'édition ont un diffuseur-distributeur avec une équipe d

bottom of page