Rechercher

Le scandale du prix des timbres

Les plateformes hébergeant les sites de vente poussent les commerçants (dont les éditeurs font partie) à proposer la gratuité des frais d'expédition. Mais, comme chacun sait, rien n'est jamais gratuit, et la question épineuse "qui va payer les frais de port ?" se pose à l'éditeur_ La plupart des sites de vente en ligne n'hésitent pas à facturer la totalité des frais au client, qui a le choix entre divers modes de livraison plus ou moins pratiques, rapides ou onéreux.


En ce qui concerne le livre, les éditeurs souffrent de la comparaison avec certains grands sites de vente en ligne de livres, qui proposent la livraison gratuite. Peut-être le volume de livres envoyés le leur permet-il, mais les petits éditeurs ont du mal à suivre.

Ceux-ci, souvent situés en province, n'ont pas accès à la plateforme Prisme utilisée par les professionnels, surtout parisiens. Ne reste alors que la Poste ! La Poste, dont les tarifs augmentent d'année en année, sous prétexte que" le volume de courrier diminuant, il faut augmenter les prix pour maintenir le même chiffre d'affaires"!! Ben voyons, faisons payer les derniers qui restent, ceux qui sont captifs ! Si une entreprise privee tenait ce raisonnement, elle perdrait tous ses clients.

C'est ainsi qu'après avoir payé 4 € pour envoyer un livre en lettre Max il y a une dizaine d'années, on en est à 6,80 € aujourd'hui.

Presque 7 € de port pour un livre à 16 €, cherchez l'erreur ! Alors on propose aux clients d'en prendre une partie à leur charge et on supporte la moitié des frais.

La Poste gagne ainsi plus que l'auteur et l'éditeur réunis...


La Poste objecte parfois aux éditeurs qu'il existe des emballages en prêt-à-poster, plus favorables. Mais comment diable la poste a-t-elle choisi ses formats ? Le livre standard adopte le format A5 (15x21 cm), voire un peu plus, quand la Poste s'obstine à proposer des emballages mesurant 13,5 an de large, donc inutilisables.

Tout va bien mieux pour les envois à l'international. Il existe un tarif "livres et brochures international", bien caché dans les tréfonds des tarifs postaux et souvent inconnu des guichetiers qui vous opposent une moue têtue et peu collaborative lorsque vous en parlez, "Si, si, je vous assure, on ne paie qu'1,50€ pour envoyer un livre en Belgique !", comme s'ils devaient payer la différence de leur poche...

Ce fameux tarif béni des éditeurs a été pensé" pour faire rayonner la culture française à l'étranger ? Dommage que nous n'ayons pas plus de lecteurs en Croatie ou en Lettonie ! Et surtout, dommage qu'on ne souhaite pas d'abord faire rayonner la culture française... en France !

Le gouvernement semble vouloir promouvoir le livre auprès des jeunes, à quand la promulgation de tarifs postaux adaptés aux livres ?


Des éditeurs ont déjà signé plusieurs pétitions adressées au ministere de la culture, restées lettre morte.

Réveillez-vous, le livre ne doit pas être considéré comme un produit de consommation comme les autres !



1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’aventure du salon du livre - 1ère partie

Pour de nombreux petits éditeurs peu ou pas présents dans les rayons des librairies, les salons du livre sont une bonne occasion de se faire connaître et de vendre leurs livres. La participation à des

Faire imprimer un livre

Alerte dans le stock, il ne reste que quelques dizaines d'exemplaires de l'un de nos titres ! C'est une bonne nouvelle, ça signifie que le livre s'est bien vendu, mais c'est aussi le moment de lancer

Vos livres sont-ils en librairie?

C'est une question fréquemment posée aux éditeurs lors des salons et festivals du livre. Eh bien c'est un sujet délicat... Les grandes maisons d'édition ont un diffuseur-distributeur avec une équipe d